Karsh-Masson Gallery. « Fiona Annis – Mormorii. » Véronique La Perrière M. mars 2019

« Les berceuses, à l’instar d’une formule magique ou d’une prière, sont con- stituées de mots répétés et de rimes apaisantes. Ces incantations destinées à endormir les enfants sont, par essence, réconfortantes et hypnotiques; elles provoquent une modi cation de l’état de la conscience. De tout temps, partout dans le monde, les berceuses ont servi de portails menant vers le monde des rêves. Tendres, intimes et teintées de folklore, les berceuses font parfois le récit d’histoires étonnamment sombres, exprimées par une suggestion d’abandon mélodique. »

Lire le catalogue ici

ESPACE art actuel « Fiona Annis. De l’oralité à l’auralité. » Bernard Lamarche. N°119, été 2018

« … l’attention portée par l’artiste aux propriétés physiques du son et de notre propre corps dans l’espace, aura soutenu un passage de l’oralité à l’auralité, de la voix à l’oreille, pour mettre ainsi l’accent sur ce qui est transmis par l’écoute, la répétition et la mémorisation. À activer nos sens de la sorte, et considéré la charge émotive des chants entendus, c’est tout le corps qui se met à vibrer au sein de cette installation, traversé par un doux frisson.»

Lire la revue ici

Esse. « Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie.» Mirna Boyadjian. Septembre 2018

«… bien que Fiona Annis partage avec Kander un point de vue romantique du chaos, elle ne se contente pas d’en sublimer le paradoxe, elle le performe pour en tirer les potentialités créatrices. Située à Maria, l’installation poétique Perdre le nord (2018) rassemble diverses images abstraites qui s’illuminent à la tombée du jour. Des images ont été obtenues par manipulations directes du papier sensible en chambre noire provoquant ainsi des failles à la surface. Comme le suggère Claire Moeder : « Chaque faille évoque une nouvelle lecture du monde, traversée par les processus de destruction et de création ». L’idée d’une destruction créatrice s’exprime aussi par des citations puisées dans L’écriture du désastre de Maurice Blanchot apposées sur d’autres images dont le motif est une constellation formée de diagrammes de la NASA sur le réchauffement climatique. De toute évidence, l’artiste assigne au chaos un potentiel d’activation des possibles et une poétique de la transformation fort inspirante.»

Lire la revue ici

Whitehot Magazine. “Fiona Annis’ The light that was never was.” James D. Campbell. Fall 2018

(anglais seulement)

« The new works of artist and photographer Fiona Annis exhibited here offered viewers a truly sublime haunting, an invitation to partake in a séance with the ghost of photography’s past and portents of its future. Employing antiquated photographic processes, primarily the wet-plate collodion technique characterized by hand-processed photographic plates coated with chemistry that Annis mixes herself according to recondite 19th century recipes, she invokes the noumenal and the spectral in her continuing investigation into light and temporality. »

Link to review

Université Laval – Galerie des arts visuels. « Mormorii. » Eveline Boulva. Octobre 2018

« Avec l’exposition Mormorii, Fiona Annis présente le fruit d’une recherche où l’altérabilité des mémoires et l’idée de marge agissent comme des fils conducteurs, auxquels se mêlent des accents de mystère et de songes. »

Lire le catalogue ici

Ciel variable “Les révolutions sidérales, exhibition review.” James D. Campbell. Issue 106, Spring-Summer 2017

(anglais seulement)

“Annis is no mortician of dying stars but their unabashed celebrant, and, in distilling the light of other days, she reminds us of our own mortality. As though through a pane of slow glass, an oculus, she searches for and finds a light worthy of illuminating our own small patch of words, our own acreage of darkness.”

Link to review

Plein Sud centre d’exposition en art actuel. «Les révolutions sidérales.» Claire Moeder, 2016 (opuscule)

« À travers chacun de ses spectres, de ses matérialisations d’images astronomiques, antiques et évanescentes, Fiona Annis offre une existence possible à un récit impossible. Peu importe que l’imagerie soit placée sous le joug d’une catégorie scientifique ou spirite, elle nous soustrait de la véracité optique pour nous ramener dans l’empire des fantômes. Entouré des présences spectrales, glissé le long de la trajectoire d’une comète, notre œil peut dès lors dériver là où la photographie n’entend plus être soumise au témoignage de la réalité matérielle, mais où elle se dérobe pour figurer les invisibles et infiltrer l’imperceptible. »

Lire la publication

Canadian Art. « Fiona Annis Intertwines Photography and Death. » Gabrielle Moser. April 16, 2015 (review)

(anglais seulement)

“… Perhaps that is fitting for a show that also takes death as one of its central themes. As the title makes clear, the stars we are seeing and hearing died long ago, their light just arriving to us now. Much like Annis’s previous series, which saw the artist document the locations where intellectuals, novelists and other artists had produced their final works shortly before their untimely deaths, here photography and death are intimately intertwined. If photography freezes time, freezes motion, it does so temporarily. As Annis’s installation demonstrates, time—like light—will continue on without us.”

Link to review

Gallery44. « The Stars are Dead but their Light Lives On. » Nives Hajdin. March 2015

(anglais seulement)

“Annis’s exploration of obsolete photographic techniques informs her work in a variety of media beyond photography, unlocking visual secrets that might otherwise be lost. The stars are dead but their light lives on is a manifestation of Annis’s continued curiosity in the way the past inhabits the present and her interest in remnants that are left behind, only to be rediscovered.”

Link to publication

Ace Art. PaperWait vol. 17. « An Ode to Astronomy. » Daina Warren, 2015 (exhibition essay)

(anglais seulement)

« Presently some theoretical physicists, like Laura Mersini-Houghton, think that our galaxy has a limit, and other scientists have even started to guess at the approximate shape of our universe, or that there is even celestial line that can be drawn where our universe ends.15 It seems that even something as big as the universe may have an end to it. What’s next or left after that? Everything that exists has a beginning, so does everything that exists have an ending? Or perhaps its form simply changes if we believe that matter and even energy changes form rather than disappear… Fiona Annis has found expressive, multifaceted ways of reusing latent technologies to describe these complex ideas about space and what we perceive of our universe, from light bulbs that gently simulate the rhythms of the catastrophes of faraway stars and supernovas, to the use of re ections to show our place in large, dark, mysterious space. »

Link to publication

Vie des Arts. «Fiona Annis: entre fascination et vertige.» Anne Pilorget. Été 2015

« Fiona Annis présente donc la photographie comme une technique régie par les potentialités du médium meme. Les réactions chimiques, les effets inattendus de la lumière ou de résidus fondent l’esthétique de ses oeuvres. En puisant dans ce langage photographique, l’artiste amène le spectateur dans une temporalité et un espace poétique. Où l’intemporel rencontre le fortuit; et l’intangible, l’instabilité de la matière. »

Lire la revue ici

Winnipeg Free Press. « Seeing Stars. » Steven Leyden Cochrane. February 12, 2015

(anglais seulement)

“The gallery is exceptionally dark, lit by faltering constellations of bare bulbs that hang from the ceiling in nebulous clusters. Before your eyes adjust, you perceive an ambient soundscape rolling in from all directions. Remixed « sonic interpretation(s) of dying stars » emanate from vintage reel-to-reel players; orbital loops of magnetic tape arc precariously toward the ceiling. The flickering lights are synced to the radiating signatures of a distant supernova, and they illuminate mirror-like black aluminum panels etched with text from Jeanette Winterson’s 1997 novel Gut Symmetries — fragmentary musings on love and astrophysics.”

Link to review

Le Devoir. « Hommage aux artistes-cygnes. » Jérôme Delgado. 19 mars 2011


Lire la revue

LETTRES/LETTERS. Mariane Bourcheix-Laporte & Anne-Marie Proulx. Éditions MAAM : Montréal, 2010

Voir la publication ici

« RE: In Search of Horizons. « Fiona Annis & Véronique Laperrière M. Montréal, 2010 (livre d’artiste)

Library and Archives Canada: Artists’ Book Collection

Voir la publication ici